14 décembre 2021

La Chimie formule des propositions pour contribuer pleinement à la France de demain

A l’occasion du débat public qui s’ouvre avec les élections de 2022, France Chimie publie son Livre Blanc qui rassemble les propositions du secteur. Premier secteur industriel exportateur, industrie d’innovation, la Chimie est un atout décisif pour la réindustrialisation de la France et sa transition écologique et énergétique

Située en amont de toutes les chaines de valeur, la Chimie irrigue 90 % de l’économie en fournissant les substances et matériaux innovants indispensables aux autres industries : pharmacie, automobile, aéronautique, bâtiment, électronique, agro-alimentaire, textile... Elle ressort ainsi comme un secteur clé des différentes analyses[1] menées pour renforcer l’autonomie stratégique au niveau français comme européen.

Avec la Chimie, la France dispose d’un atout décisif pour répondre aux grands défis d’avenir. Ce rôle est reconnu par la place qu’elle occupe dans les plans « France relance » et « France 2030 ». Plus de 2 milliards d’euros d’investissement ont été accélérés dans les domaines de la production de principes actifs pour la pharmacie, la décarbonation des procédés et le développement de nouvelles filières d’avenir (chimie biosourcée, recyclage chimique, matériaux pour les batteries, l’hydrogène, les semi-conducteurs…).

La Chimie entre cependant dans une nouvelle phase de transformation. Elle doit poursuivre une triple transition énergétique, écologique et numérique et affronter la compétition mondiale. C’est pourquoi les entreprises de la Chimie appellent une politique volontariste qui sécurise les bonnes conditions d’exécution de ces transitions, qui tienne compte du temps industriel nécessaire et qui lui permette de tirer son épingle du jeu dans la compétition intra et extra-européenne.

France Chimie a identifié 4 priorités :

  • Soutenir la dynamique impulsée pour renforcer les chaînes de valeur. Le soutien apporté par le plan de relance à la filière doit s’inscrire dans la durée, en privilégiant l’investissement dans les technologies de rupture et en créant les conditions d’une compétitivité durable du site France (baisse des impôts de production, sécurisation du CIR, fret multimodal fiable et compétitif, …).
  • Garantir un accès à une énergie bas carbone et compétitive. Le succès de la décarbonation de la Chimie d’ici 2030 dépend de la capacité à déployer des technologies peu matures (hydrogène, CCUS[2], …) et à répondre aux besoins induits en électricité bas carbone en forte augmentation (+50% d’ici 2030). Cela nécessite de sécuriser un approvisionnement en électricité bas carbone à prix compétitif, de donner de la visibilité via de nouveaux contrats long-terme attractifs et de pérenniser les dispositifs de soutien à la décarbonation.
  • Promouvoir un cadre réglementaire européen favorable à la croissance durable qui créerait les conditions économiques et réglementaires propices aux efforts de R&D et d’investissement des industriels de la chimie engagés dans la mise au point de solutions vertes et durables, tout en les protégeant du dumping industriel des pays qui n’ont pas la même ambition sociale et environnementale que la France et l’EU.
  • Accompagner la filière pour répondre aux besoins de compétences. La Chimie anticipe 120 000 recrutements d’ici 5 ans, du fait de perspectives de marché favorables et du renouvellement et de l’adaptation des compétences à venir. Il convient d’actionner tous les leviers pour réduire les tensions sur certains métiers, et notamment l’apprentissage, et de redonner de l’autonomie aux partenaires sociaux dans la gestion des politiques de formation.

Pour Luc Benoit-Cattin, président de France Chimie : « La Chimie est pleinement engagée pour préparer l’avenir. C’est une carte maitresse de la France pour répondre aux grands défis technologiques et écologiques et affronter la compétition mondiale. Ensemble mettons en œuvre une politique forte en faveur de la Chimie, secteur essentiel pour bâtir une économie résiliente et décarbonée en France. »

 

[1] Document de travail : « Strategic dependencies and capacities », Commission européenne, Mai 2021
« Quels intrants vulnérables doit-on cibler ? », Conseil d’Analyse Economique, Avril 2021
[2] Capture, séquestration ou réutilisation du CO2

 

Télécharger

Livre Blanc - La Chimie, un atout pour la France

Propositions des entreprises de la chimie pour les élections 2022

 905,30 KB 
Nos actualités
Formation obligatoire pour une utilisation sûre des diisocyanates (restriction REACH n° 74)

Formation obligatoire pour une utilisation sûre des diisocyanates (restriction REACH n° 74)

Le numérique au service du développement des compétences

Le numérique au service du développement des compétences

Publication des quantités d’électricité disponibles à tarif régulé pour 2023, au travers du mécanisme de l’ARENH

Publication des quantités d’électricité disponibles à tarif régulé pour 2023, au travers du…